Fond


Un atelier de MamaDances/MamanDanse
avec Eryn Dace-Trudell © Kinga Michalska

« On peut considérer l’attitude posturale et le pré-mouvement, préalable inévitable du geste, comme un arrière-plan sur lequel se dessine le mouvement apparent : la figure. »[1]

-Godard

Le fond évoque la toile tonico-posturale qui sert de support au geste et sur laquelle s’inscrivent tous nos choix de mouvements.[2] Les préparations souvent inconscientes au geste, nommés « pré-mouvements » par Godard ou « formes-ombres » par Laban, émergent de ce fond postural.[3] Ils seraient chargés de messages tout autant importants que les mouvements intentionnels.[4]

Ce fond à l’origine du mouvement a été relié par l’OAM à la fonction phorique- du grec phoros, qui veut dire porter – pour mettre en lumière les dimensions à la fois physique et psychologique du support.[5]

De plus, ce fond serait marqué par le choix de certaines stratégies perceptives pour composer avec la gravité et ce, dès les premiers mouvements autonomes. Le « terrain fonctionnel » désigne cette préférence au niveau de la prise d’informations sensori-motrices.[6] Il fait partie des observables de la sphère du Fond et permet, comme le mouvement respiratoire visible et l’empreinte posturale, de décrire la singularité de la fonction phorique d’une personne.

LES OBSERVABLES

Terrain fonctionnel

Stratégie perceptivo-motrice privilégiée, à l’origine de la construction physique et symbolique de la relation à la gravité de chaque personne.[7] Elle est notée sur une échelle de 1 à 3, de peu visible à très visible.

Stratégie proprioceptive (dynamique ascendante, symboliquement désignée « terre ») à travers le geste fondateur « se repousser ».

Stratégie extéroceptive (dynamique descendante, symboliquement désignée « ciel ») à travers le geste fondateur « aller vers ».

Alignement

Alignement global de la personne, et plus particulièrement des trois masses du corps ( bassin, cage thoracique et tête) , par rapport à une ligne gravitaire imaginaire tombant au centre d’une base de support.

Flux postural

Mouvement respiratoire visible.[8] L’intensité observable est notée sur une échelle de 0 à 3.

Flux postural présent (échelle 1, peu visible).

Flux postural visible sur l’inspiration (échelle 2, moyennement visible).

Flux postural visible sur l’expiration (échelle 2, moyennement visible).

Empreinte posturale

Forme globale du corps.[9]

[1] Godard, H. 1995. Le geste et sa perception. Dans M. Michel & I. Ginot (Éds.), La danse au XXème siècle (pp. 224-229). Paris: Bordas. p..227

[2] La notion de Fond se trouve au cœur de la pensée de Godard et inspire l’espace du Fond en OAM. Godard, H. (Producer). (2011). Rolfing : interview Hubert Godard. Retrieved from http://vimeo.com/23724419 Godard, H., & Louppe, L. (1992). Le déséquilibre fondateur. Le corps du danseur: épreuve du réel. Art Press, hors série n°13 « 20 ans, l’histoire continue » Entretien avec Hubert Godard, 138-143.

[3]  Godard, H. (1995). « Le geste et sa perception » dans La danse au XXème siècle, édité par Marcelle Michel and Isabelle Ginot, 224-229. Paris: Bordas, p.1Laban, R. (2003). Espace dynamique. Translated by Élisabeth Schwartz-Rémy. Bruxelles: Nouvelles de danse. p.170

[4] Launay, I. (1996). À la recherche d’une danse moderne Rudolf Laban, Mary Wigman. Paris: Chiron. p. 94

[5] La fonction phorique a été inspirée par la notion de « holding » de Winnicott (1969) qui insiste sur le rôle du support, physique ou affectif, dans le développement d’une identité incarnée. Elle a été décrite par Delion en 2012 et repris par Godard en 2013. Winnicott, D. W. (1969). De la pédiatrie a la psychanalyse (J. Kalmanovitch, Trans.). Paris: Payot. Delion, P. (2012). Donald Winnicott, Michel Tournier et la fonction phorique. In A.Braconnier & B. Golse (Eds.), Winnicott et la création humaine (pp. 17-35): Érès. Godard, H. (2013). Fond / figure. Entretien avec Hubert Godard. Retrieved from http://www.pourunatlasdesfigures.net/element/fond-figure-entretien-avec-hubert-

[6] Godard, Hubert. 1990. « À propos des théories sur le mouvement. » Marsyas 16:19-23.

[7] Godard, H. (1990). À propos des théories sur le mouvement. Marsyas, 16, 19-23.

[8] Cette notion est inspirée du « flux de la forme » (Shape flow) dans la théorie de la « Forme » du système LMA. Cottin, R., & Loureiro, A. (2012). Réflexions sur la Forme en Analyse du Mouvement Laban (LMA) et sur sa symbolisation: Centre National de La Danse, p.33

[9]  Les « attitudes de la forme » (Still Forms, Basic Forms, Shape Design, Total Body Attitude) du LMA inspire la notion d’empreinte posturale, Ibid. p.49