Coordination

Un danseur urbain. © Amani Aouadhi

 » La construction d’un mouvement se fait majoritairement par le contrôle de collectifs d’unités motrices et non par le contrôle de muscles individuels. Ce collectif est lié par un pacte temporaire (une coordination) qui sera revu en fonction d’un changement dans le contexte, c’est une structure dissipative. »[1]

– Godard

La coordination motrice est la capacité à réaliser un geste précis grâce à l’action conjuguée du système nerveux central et des muscles squelettiques concernés. En OAM, elle peut s’observer par différents principes organisateurs du mouvement.

La coordination est située dans le schéma conceptuel à l’intersection entre le Fond et l’Espace, puisqu’elle concerne la « corporéité comme vecteur d’action »[2] et constitue une « porte d’entrée vers l’espace externe »[3]. En effet, Godard définit le principe d’articulation comme lieu de la relation entre le corps et l’espace, entre ce qui constitue la personne et ce qu’elle offre au monde.[4]

LES OBSERVABLES

Schèmes de développement moteur

Coordinations construites par un individu au cours de son développement moteur.[5]

Stabilité/Mobilité/Appui semi-fixe/gravitaire 

Supports du mouvement pour se déployer dans l’espace.

Appui semi-fixe: Direction dans l’espace d’une partie du corps qui joue le rôle d’appui pour permettre à d’autres d’être mobiles.

Le symbole indique que la tête est un appui.

Mobile : Partie du corps mobile.

Le symbole indique que le bassin est mobile.

Gravitaire: Partie du corps qui s’abandonne à la gravité.

Le symbole indique que les bras sont gravitaires.

Initiation

Le lieu dans le corps à partir duquel le mouvement est initié.

Le symbole indique que la main initie le mouvement.

Phrasé corporel

L’organisation temporelle des initiations de différentes parties du corps dans le déroulement du mouvement: successive ou chevauchée. (Symboles à venir)

Regard

Le regard est associé au mouvement et est synchrone avec lui.

Le regard précède le mouvement.

Le regard succède le mouvement.

Le regard est dissocié du mouvement.


[1] Kuypers, Patricia (2006). Des trous noirs, un entretien avec Hubert Godard. Nouvelles de danse, Contredanse. 53: p.61

[2] Godard, H. (2013). Fond / figure. Entretien avec Hubert Godard. Repéré à http://www.pourunatlasdesfigures.net/element/fond-figure-entretien-avec-hubert godard 

[3] Harbonnier, N., Dussault, G. et Ferri, C. (accepté). Un nouveau regard sur le lien fonction/expression en analyse qualitative du mouvement : L’Observation-Analyse du Mouvement (OAM). Recherches en danse 10,

[4] Menicacci, A., & Quinz, E. (2005). Conversation avec Hubert Godard. Quant à la danse,2, 42-47.  

[5] Les schèmes de développements moteurs renvoient à la notion de connexité des fondamentaux de Bartenieff.

Bartenieff, I., & Lewis, D. (1980). Body movement : coping with the environment. New  York: Gordon and Breach.